Critique de ma série du moment : Vinyl

Martin Scorcese et Terence Winter nous font vivre un récit de Richie Finestra, un producteur de disque new-yorkais dans les années 70 qui tente de relancer son label en crise. Les acteurs principaux de ce drame musical sont Bobby Canavale, Olivia Wilde, Ray romano et plus. La série est divisée en 9 épisodes.

Présentation de la série

Cette série incontournable pour les fans de la musique nous raconte le récit d’un patron d’une maison de disques qui veut retrouver sa valeur et sa raison d’être. Son propriétaire, traversant la crise de la quarantaine veut raviver les cendres de son label en cherchant de nouveaux talents. Ses factures s’accumulent. Il est en train de perdre la foi. Heureusement qu’il y a la drogue et la musique (hip hop, disco, punk). A l’ambiance rock’n roll, sexe, drogue des seventies de l’héros s’ajoute le milieu mafieux et policier.

vinyl-critique-serie

Critique de la série Vinyl

La série est une hymne à la musique des années seventies et à la décadence de la société américaine de l’époque. Elle dévoile les backstages de l’industrie de musique. Elle chante le rock et toutes les addictions. Des concerts de Led Zeppelin et de New York Dolls y sont reconstitués. La série narre également l’ambition de Jamie Vine (Juno Temple) qui ne se contente pas de distribuer les drogues, mais veut avoir aussi son rôle au sein du label. On y voit également le récit de la chute de Devon Finestra, la femme de l’héros (joué par Olivia Wilde). Bref, Vinyl est fort dans son genre, avec les acteurs qui se déchaînent et se défoulent à l’image de Richie Finestra qui tombe très bas dans la cocaïne, la musique et ses problèmes familiaux. Le casting est presque parfait et les breaks musicaux apportent une bouffée d’air frais. La musique et le délire sont omniprésents. En revanche, on n’arrive pas à classer le genre de la série, si elle est du genre Sex et rock, ou de ce genre de la musique car tout y est mélangé. Avec le budget de 100 millions de dollars dont on lui a attribué, elle se permet d’être une série affamée. 30 millions de dollars sont investis pour la réalisation de Martin Scorcese d’un casting de prestige avec une reconstitution de la musique de l’époque et une promotion pompeuse. Cependant, la série n’arrive pas faire une audience assez conséquente pour être considérée comme un blockbuster, voir un succès. La deuxième saison n’a jamais existé car le film n’a pas touché le plus grand nombre de public. HBO a ainsi décidé de ne plus poursuivre la série à cause du budget assez important dans la réalisation de la série, alors que le charme avec les téléspectateurs n’a pas opéré. Les critiques ont ainsi eu raison Vinyl. Celles-ci disent que la fiction est de bas de gamme avec un résultat très superficiel comparé au budget de la série. Les détracteurs parlent également d’un coup de marketing forcé pour vendre une petite série sans prétention qui perpétue le rock.

Articles récents

Commentaires récents

    Les commentaires sont fermés.